Blog

Équilibre énergétique et géobiologie

L'équilibre énergétique, un état naturel

J'ai trouvé un texte avec lequel je résonne beaucoup, sur le lien entre l'équilibre énergétique et la géobiologie, que je veux partager avec vous.
 

Depuis la nuit des temps, l'humain a toujours su vivre en rapport étroit avec son environnement, trouver les plantes qui lui apportaient leurs bienfaits, éviter celles qui pouvaient le rendre malade. Il savait où s'installer pour dormir et de quels lieux se tenir à l'écart. Tout simplement, il savait écouter son ressenti, en liaison directe avec la partie la plus ancienne de l'encéphale, ce cerveau reptilien qui reste en fait l'une des merveilles de notre corps, nous permettant de percevoir notre environnement subtil, hors d'accès de nos 5 sens usuels.

Nos systèmes culturels l'ont si bien occulté au profit du néocortex que ce pauvre cerveau dit "primitif" en est réduit pour la plupart d'entre nous à réguler nos fonctions vitales réflexes. Mais pendant des millénaires, l'homme a pu percevoir la pulsation de la Terre et du cosmos. Et il a su composer avec. A ce titre, la visite "énergétique" et l'étude géobiologique des lieux de culte anciens sur lesquels ont été si souvent érigés menhirs, églises primitives puis cathédrales est riche d'enseignements.

Reste qu'aujourd'hui, qu'on le veuille ou non, les rayonnements cosmiques et telluriques qui peuvent être pathogènes l'un et l'autre, continuent à s'équilibrer "miraculeusement" sur cette planète exceptionnelle qu'est la terre. Ils se compensent et forment un rayonnement ambiant favorable à la vie cellulaire, notamment dans la gamme des micro-ondes. Ceci à un niveau d'intensité presque dérisoire qui se mesure en millièmes d'électrons-volt (eV).

Cette énergie vitale nous alimente à chaque instant, ceci via des portes d'entrée/sortie, des canaux permettant la circulation d'énergie et de points de relais permettant leur redistribution : ce sont les chakras, méridiens et points d'acupuncture que nous ont livrés les traditions indiennes et chinoises. Ce qu'ils avaient perçu subtilement est maintenant observable et scientifiquement mis en évidence grâce à différentes techniques d'imagerie de plus en plus perfectionnées.

La médecine quantique qui nous livre une nouvelle vision des interactions entre l'environnement et la santé tisse même un lien frappant entre ces héritages ancestraux et les découvertes concernant le rapport étroit entre vie cellulaire, énergie et information.

Car c'est bien d'information qu'il s'agit. L'énergie naturelle qui nous atteint fonctionne comme un flux cohérent et structurant qui alimente nos champs énergétiques, depuis les champs énergétiques externes jusqu'à notre noyau le plus fondamental : l'ADN dont la structure même fonctionne comme un résonateur permettant de capter et réémettre des photons.

On qualifie de néguentropie ce flux d'informations qui tendent vers l'ordre, la construction et nous permettent, malgré tout ce que nous pouvons faire subir à notre corps, de conserver si longtemps l'état de santé.

Mais lorsque le flux d'entropie (son contraire, le désordre) est trop important, la déstructuration l'emporte, entraînant en cascade une perte d'information du niveau énergétique vers le niveau fonctionnel (et/ou psychique) puis organique, provoquant plus ou moins rapidement des problèmes de santé.

S'ajoutant au flux d'énergie cosmo-tellurique, l'ensemble de nos interactions compose la cohérence ou la non cohérence de notre information énergétique. Ce que nous pensons, ce que nous vivons, ce que nous mangeons, ce que nous buvons, ce que nous respirons, notre lieu d'habitation, les influences naturelles et artificielles auxquelles nous sommes soumis… tout cela détermine en permanence notre équilibre ou notre déséquilibre énergétique, avec un impact plus ou moins rapide suivant les personnes.

Prendre conscience de l'existence de ce phénomène fondamental, c'est déjà marcher sur le chemin de l'équilibre énergétique.

Il y a la problématique des rayonnements artificiels (Wi-Fi, courants électriques, matériaux lourds et polluants) qui sont devenus la première source des déséquilibres, ce qui ne doit pas occulter les perturbations naturelles (réseaux, failles, veines d'eau et ondes de forme) qui ne font que se cumuler aux rayonnements artificiels, accélérant les dégradations énergétiques.

Perturbations géobiologiques

LES RÉSEAUX TELLURIQUES

Des réseaux tridimensionnels s'étendent sur toute la surface du globe. Ils sont constitué de "murs" d'ondes stationnaires correspondant à différents métaux présents dans le noyau terrestre. Il existe donc de nombreux réseaux, certains probablement trop discrets pour être perçus. Les réseaux telluriques se manifestent même dans une cage de Faraday ; ils ne sont donc pas de nature électrique. Ils peuvent être mis en évidence de façon radiesthésique ou sensitive, mais aussi avec un appareil acoustique… ce qui démontre bien leur existence (le test kinésiologique peut également être employé).

Les lignes de ces réseaux sont polarisées alternativement. Sur leurs points de croisement – / + et – / – se manifeste une baisse de rayonnement bioénergétique qui à la longue affecte la santé. Il est donc important de s'assurer que de tels croisements sont absents des lits et bureaux.

Voici les deux réseaux les plus présents :

Réseau Hartmann ou réseau nickel

Quadrillage de lignes orientées N-S et E-O
Longueur de la trame Nord-Sud : 2 m
Longueur de la trame Est-Ouest : 2,50 m
Epaisseur de la ligne : 21 cm

La probabilité de trouver un nœud Hartmann sur un lit est élevée, du fait de son maillage étroit.

Réseau Curry ou réseau fer

Quadrillage de lignes orientées NE - SO et NO - SE
Longueur de la trame : carrés de 7 à 8 m de côté
Epaisseur de la ligne : 40 cm

Les cotes de ces réseaux sont données à titre indicatif. Leurs dimensions subissent parfois des variations importantes, tant dans la largeur de la bande que dans l'espacement des lignes. Ceci en fonction de nombreux paramètres (géologie, pente du terrain, moment de la journée, rayonnement électromagnétique artificiel, influence des autres planètes, imminence d'éruptions volcaniques, de séismes…).

Quelles perturbations ?
Après plusieurs années de sommeil sur un nœud de réseau, la baisse de rayonnement affecte le système nerveux, la bonne marche hormonale et le système immunitaire. Il impacte ausi la vitalité d'un organe exposé de façon répétée et prolongée.

 

LES FAILLES GÉOLOGIQUES

Les failles sont des zones de rupture entre des masses rocheuses qui se sont déplacées l'une par rapport à l'autre. Elles peuvent aussi se matérialiser sur des zones où sont présents des matériaux de nature géologiques différents (sable/ argile par exemple). La différence de potentiel électrique entre les deux côtés de la faille crée un champ électromagnétique qui perturbe le rayonnement de neutrons thermiques montant des profondeurs de la terre. Ceci favorise l'infiltration du rayonnement gamma issu de la désintégration radioactive d'éléments gazeux et de minéraux du noyau terrestre. Le rayonnement gamma n'est plus freiné : il remonte jusqu'au sol de façon localisée, provoquant une ionisation des particules de tout ce qui se trouve à l'aplomb. Plus la faille est profonde, plus l'intensité du rayonnement est importante.

Quelles perturbations ?
Ce rayonnement ionisant provoque l'arrachement des électrons constituant les atomes de notre corps. Des ruptures peuvent ainsi se produire dans l'ADN, ce qui favorise l'apparition de processus de cancérogenèse. On peut observer l'effet des failles sur les maçonneries par des fissures verticales (même si toutes les fissures ne sont pas dues à des failles !).

 

LES VEINES D'EAU SOUTERRAINES

Lorsque de l'eau circule, un courant électrique apparaît du fait du frottement de l'eau avec les matières minérales. Ceci entraîne le même phénomène que dans une faille géologique mais le rayonnement ionisant est généralement plus intense. Il est augmenté par le débit de l'eau et surtout par la profondeur de la veine d'eau.

Quelles perturbations ?
Les effets perturbants sont donc similaires à ceux d'une faille mais ils peuvent apparaître encore plus rapidement.

Les ondes de forme

Sans prétendre résumer en quelques lignes ce vaste champ d'études, je voudrais dégager quelques traits principaux sur les ondes de forme pour attirer l'attention sur l'influence néfaste que des structures et objets en apparence anodins peuvent avoir sur nous.

En quelques mots, tout ce qui est composé d'atomes émet des vibrations de faible énergie (la matière n'est rien d'autre que de l'énergie concentrée). Autour des objets rayonne une partie de cette énergie sous forme d'ondes stationnaires. Les formes pointues anguleuses ou pointues émettent des ondes concentrées qui exercent une influence sur nos cellules. Il convient donc de ne pas stationner dans le prolongement d'angles, d'arêtes, de tranches et de pointes qui peuvent rayonner une énergie qui nous est défavorable... parfois sur plusieurs mètres.

Quelques précautions à prendre…
Evitez de placer votre lit ou votre bureau :
- dans un angle
- dans le prolongement du cône d'une parabole ou de sa tranche,
- sous un tube creux dirigé vers le ciel (notamment sous un support d'antenne télé),
- sous une poutre massive ou supportant un grand poids.

 

 Source geobio-logique.com

 

 

 

 

endeitptrorues

Infolettre

Pour recevoir les nouveautés

Identification

Qui est en ligne ?

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne